investir ou trader ? Les 6 différences capitales qui vous feront gagner ou perdre

Nombreux sont ceux qui envisagent la bourse par le trading. Pourtant, ceux qui y gagnent sont les investisseurs. Avant de faire votre choix et de vous lancer dans une formation de trading qui vous promet la richesse facile, vous devriez lire ça !

Lire l’article

Un objectif commun : Gagner de l’argent

Selon vous, qu’est ce que les fonds spéculatifs, Warren Buffet, Les cols blancs et vous même ont en commun ?

Nous avons tous l’envie, au moins en partie, de gagner plus d’argent pour vivre mieux. Et cela, même dans notre beau pays où le sujet est presque tabou.

S’enrichir est un objectif presque universel, et ce, partout sur la planète. Tout simplement pour nous permettre de remplir nos frigos, s’acheter une maison, préparer sa retraite ou les études de nos enfants. Qui ne souhaite pas pouvoir enfin se payer les voyages dont il parle tout le temps à la pause café ? Ceux qui voyagent déjà beaucoup souhaitent s’offrir une plus grande maison, plus proche de la plage, une plus grosse voiture, un bateau… Nous en voulons toujours plus, c’est dans la nature humaine et nos sociétés sont construites autour de ce postulat.

Un certain nombre d’investisseurs et d’épargnants optent pour la croissance de leur richesse en tirant profit des marchés boursiers. Mais même ceux qui tentent de tirer profit de l’achat et de la revente d’actions diffèrent par leurs objectifs et leurs stratégies :

On distingue deux catégories, les Traders et les Investisseurs. Vous qui souhaitez commencer en bourse, voulez-vous devenir trader ? ou voulez-vous investir sur le long terme ? Avant tout, détaillons les différences entre ces deux approches :

Trading

Objectif

Les traders sont à la recherche de gains à court terme. Autrement dit, leur comportement est à l’exact opposé des méthodes buy and hold (j’achète et je garde). Leur objectif est réellement la performance, de l’ordre de 10% par mois.

Peu leur importe le sens du marché, un trader prend position à la hausse d’un titre comme à la baisse. La contrepartie est un risque beaucoup plus important. En effet, viser des rendements aussi élevés peut exiger de prendre des risques supplémentaires. Pour certains traders, cette prise de risque participe à leur satisfaction.

Durée de détention

La durée entre l’achat et la vente d’un même titre (ou inversement), peut varier de quelques secondes à quelques mois, selon le style adopté par le trader et la réalisation ou non de son scénario.

Par exemple, les day traders achètent et revendent leur titre le même jour. Le scalp étant un style où la détention d’un titre est très courte (en secondes). Les swing traders ont quant à eux, tendance à détenir les positions de plusieurs jours à plusieurs semaines.

Exigences de temps

Le style du trader va déterminer la quantité de temps qu’il va devoir y consacrer. Quel qu’il soit, le trading exige bien plus de temps que l’investissement.

Bien qu’il puisse être partiellement automatisé, le trading reste un processus très manuel, et demande une présence régulière. Le Day trading demande un investissement de plusieurs heures par jour, un temps complet à la semaine. Il peut être considéré comme un emploi à plein temps.

Le swing trading lui, peut être pratiqué en y consacrant moins de temps, bien que cela reste plus chronophage que l’investissement à long terme.

Coûts

Le trading est cher. Afin de compenser les frais gonflés par la quantité importante d’ordres d’achat et de vente, le capital de départ doit être conséquent. D’autant plus si le trader souhaite vivre de son activité.

En effet, ces frais ne peuvent être compensés par de tout petits gains accumulés, conséquence d’un faible capital de départ. A cela s’ajoute l’investissement matériel ainsi que les abonnements aux flux de données temps réel. Un capital de 50 000 € est un minimum pour pratiquer le swing trading. Encore plus pour un day trader.

Esprit

Les traders ont tendance à considérer le marché comme une collection de symboles boursiers. Ils suivent le flux de nouvelles, examinent pour certains les rapports financiers, analysent les graphiques de cotation et tentent alors de saisir des micro-opportunités pour battre le marché.

Alors que les investisseurs étudient les fondamentaux du marché pour identifier les opportunités de croissance à moyen et long terme (plusieurs années), les traders espèrent souvent réaliser un bénéfice en ciblant les petites hausses et baisses du marché, cherchant des opportunités de fluctuations du cours et de la volatilité.

Voilà pourquoi le trading d’actions tend à attirer des personnalités ayant le goût du risque. Cela demande une attention aux détails à tout moment afin d’identifier à temps une inefficience des marchés et de saisir un peu de rendement. En raison du haut niveau d’implication inhérent au trading, il peut souvent s’agir d’un processus émotionnel plus intense que l’investissement de long terme.

Comment réussir en trading

Pour obtenir des rendements suffisants, les traders ont besoin de capitaux importants dès le départ. A partir de là, ils doivent analyser le marché, les prix, la psychologie du marché (analyse technique), les nouvelles, les fondamentaux, encore et encore…et encore.

Bien que l’appât du gain et la satisfaction immédiate d’un trade réussi puisse attirer certains investisseurs, la réalité est que plus de 80% des traders finissent par perdre de l’argent et qu’un tout petit 1% est assez bon pour en tirer les revenus espérés récurrents sur la durée.

Investissement

Objectif

Les investisseurs cherchent à créer de la richesse à long terme. A long terme signifie sur quelques années voire plusieurs dizaines d’années. Cela est possible en évaluant les fondamentaux du marché, des entreprises et de l’économie.

Ils choisissent alors les actions – ou d’autres titres – susceptibles de croître à l’avenir. C’est pourquoi, un investisseur essaye de s’éloigner émotionnellement de la volatilité court terme des marchés en se concentrant sur la valeur estimée des entreprises dans lesquelles il a investi.

Parce que les investisseurs visent la croissance des performances économiques d’une entreprise, ils tendent à viser une performance annuelle de 8% à 15% de leur portefeuille financier. L’augmentation ou la diminution du risque peut élargir cette fourchette dans les deux sens.

En plus des bénéfices réalisés lors de l’achat et la revente d’une action cotée, un investisseur bénéficie également des dividendes et de la capitalisation de ceux-ci au fil du temps.

Durée de détention

Les investisseurs peuvent détenir les titres durant des années, voire des décennies. Warren Buffet, l’un des plus grand investisseur de tous les temps, a acheté pour 1 milliard de dollars d’actions Coca Cola en 1988. Il détient toujours des actions Coca Cola dans son portefeuille aujourd’hui, 30 ans plus tard !

Détenir des actions durant des décennies peut être idéal pour des objectifs comme préparer une retraite plus confortable. Tandis que des investisseurs ayant des objectifs plus court terme, comme l’achat d’une maison, peuvent avoir des horizons plus court, de l’ordre de 3 à 5 ans.

Dans tous les cas, la partie de son patrimoine que l’on attribue aux placements financiers tels que les actions, doit être considéré comme bloqué sur le long terme (ne jamais en avoir besoin pour la vie courante), afin de s’assurer de ne pas être obligé de revendre au pire moment.

Exigences de temps

L’investissement en actions dans les règles de l’art implique de solides connaissances financières, en analyse fondamentale, comptabilité et économie. Le temps à y consacrer pour acquérir ces connaissances et les maîtriser est immense.

Certains ont déjà ces connaissances, d’autres non, c’est à prendre en compte. Ensuite, la constitution de son portefeuille d’actions implique un engagement important en terme de temps pour étudier les fondamentaux du marché, prendre en compte le prix et la valorisation et évaluer le potentiel de croissance à long terme. L’investissement sur ETF permet de grandement réduire le temps nécessaire à la gestion de son portefeuille. Quelques instants chaque mois afin de surveiller la bonne réalisation de ses prévisions et, le cas échéant, effectuer des arbitrages suffisent. La question de l’investissement sur action direct ou sur ETF est à considérer selon le temps que vous souhaitez y consacrer.

Coûts

Comme les investisseurs gardent leur titres sur de longues période, les frais et taxes à supporter sont bien moins élevés que les traders. Toutefois, ces coûts peuvent énormément varier selon les supports et les intermédiaires financiers qui détiennent le portefeuille de titres.

Choisir d’investir dans un fond commun de placement ou une SICAV par exemple, entraînera des coûts plus élevés que des actions ou des ETFs à faible commission. Par conséquent, les investisseurs surveillent attentivement les frais et commissions afin de ne pas détériorer la performance brute de leurs portefeuilles.

Choisir un intermédiaire pratiquant des frais très bas permet donc de maximiser ses rendements nets et les intérêts composés au fil du temps.

Esprit

Lorsque les traders voient des symboles appelés “tickers”, les investisseurs voient des entreprise, leurs business et économies. Lorsqu’ils achètent une action, ils considèrent vraiment détenir une part de cette entreprise et de son business, ce qui est tout à fait vrai.

L’investisseur doit donc avoir une approche structurée, définir la valeur de l’entreprise et estimer si la part qu’il achète est à un bon prix. En conséquence, les investisseurs les plus performants agissent rationnellement et ne se laissent pas guide par l’émotion. Ils résistent à la panique lorsque les marchés et les titres plongent.

Comment réussir ses investissements

Apprenez à sélectionner les bonnes actions, à faire vos recherches et à élaborer une stratégie d’investissement à laquelle vous pourrez vous accrocher. Même si aucun trade, ni aucun investissement ne soit garanti, savoir ce que vous faites et avoir une stratégie d’investissement parfaitement définie vous aidera à ne pas céder aux émotions.

Les émotions vous feraient prendre les mauvaises décisions. N’oubliez pas les bonne pratiques indispensables pour péréniser vos investissement boursiers sur le long terme. Ajoutez un portefeuille d’actions diversifié qui lissera les risques et vous aurez tout les ingrédients pour une croissance durable.

Z

Conclusion

Le trading vend du rêve, mais fais vivre un cauchemar à une grande majorité. C’est de plus, une véritable plaie pour la finance capitaliste qui est face au défi d’une finance (beaucoup) plus verte et sociale. La bourse est un lieu pour financer les entreprises et gagner en bourse devrait être corrélé avec une entreprise qui grandit et embauche. C’est très souvent le cas lorsqu’on choisit d’aborder la bourse comme un investisseur.