Faut-il investir sur un portefeuille d’etf ou d’actions ?

Quels titres placer dans son portefeuille financier ? Devriez-vous investir sur des actions directement ou sur des ETF ? Les ETF et les actions se distinguent tous deux par leurs propres avantages
3 facteurs décisifs pour choisir actions ou etf

Les 3 facteurs décisifs

La bourse a offert des performances importantes aux actionnaires depuis des dizaines d’années. Mais lorsque vient le moment de s’y intéresser, l’on se demande de quelle manière profiter à son tour de la performance des marchés boursiers. Quels titres placer dans son portefeuille financier ? Devriez-vous investir sur des actions directement ou sur des ETF ? Apprendre à investir avec les ETF c’est avant tout gagner du temps, et maîtriser les risques pris.

Les ETF et les actions se distinguent tous deux par leurs propres avantages. Déterminer lequel correspond le mieux à vos objectifs dépend en grande partie de trois facteurs.

  1. Premièrement, vous devez décider du niveau de risque que vous pouvez tolérer par rapport au rendement que vous souhaitez. Si vous voulez une performance plus élevée, vous devez accepter un risque plus important.
  2. Cela dépend également du temps que vous êtes prêt à consacrer à la recherche d’opportunités. Le temps que vous pouvez raisonnablement consacrer à la recherche d’états financiers aura une incidence sur le choix du véhicule d’investissement qui vous conviendra le mieux.
  3. Le troisième facteur est l’architecture de coûts. Ce point comprend également les implications fiscales. Gardez ces trois facteurs à l’esprit lorsque vous en saurez plus sur les différences entre ces deux instruments financiers populaires.

La différence entre les actions et les ETF

Afin de mieux comprendre les différences entre les actions et les ETF, il est utile de connaître la nature exacte de chaque produit.

choisir actions ou etf

Actions

Les entreprises cotées en bourse offrent la possibilité d’acheter des parts de leur business. En tant qu’actionnaire, vous gagnez de l’argent de deux façons :

Par le versement de dividendes : les actions qui paient des dividendes versent une partie de leurs bénéfices aux actionnaires sur une base trimestrielle ou annuelle. Cela vous assure un flux régulier de revenus imposables pendant toute la période où vous êtes propriétaire de l’action.

Par les gains en capital : votre bénéfice correspond à la différence entre le prix de vente et le prix d’achat (moins les frais éventuels tels que les frais de transaction). Le bénéfice tiré de la vente d’une action est une forme de « gain en capital ». Les actions se négocient en permanence et les prix changent tout au long de la journée. Si le marché s’effondre, vous pouvez sortir à tout moment pendant la séance de bourse.

ETF

Les ETF se déclinent en de nombreuses saveurs et catégories différentes. Cela vous permet de vous concentrer sur un type d’entreprise particulier, réuni par capitalisation boursière, ainsi que sur un secteur particulier ou des régions géographiques spécifiques.

Ces fonds cotés ne contiennent pas nécessairement des actions. Ils peuvent investir dans des obligations ou des matières premières. Ils permettent d’obtenir une grande diversification très simplement.

Comme pour les actions, les ETF rapportent de l’argent sous forme de dividendes et de plus-values. Ils sont cotés en bourse et donc négociables tout au long de la journée.

Équilibrer le risque et la performance.

opportunité = risque

Les actions sont plus risquées que les ETF. Principalement à cause de ce qu’on appelle la « diversification ». La diversification de vos actifs représente une tactique essentielle pour les investisseurs qui veulent limiter leur risque. Toutefois, en limitant votre risque, vous risquez de limiter les retours que vous obtiendrez. C’est le principal avantage des ETF.

Les ETF permettent une meilleure diversification.

Premièrement, selon le type d’ETF que vous envisagez, il peut contenir un mélange d’actions et d’obligations. Les obligations représentent des placements relativement plus sûrs que les actions. Leur intégration dans votre patrimoine permet de réduire le risque, en réduisant la volatilité.

Deuxièmement, même lorsqu’un ETF contient 100 % d’actions, la quantité d’entreprises détenues est généralement importante. Si une seule entreprise est touchée par un scandale qui provoque la chute des actions, l’investisseur ne sera pas aussi durement touché qu’un investisseur qui ne détient que les actions de cette entreprise.

Un tracker (ETF), permet de réduire le risque en abaissant la volatilité. Les gains obtenus année après année sont lissés.

Toutefois, certains ETF alternatifs augmentent le risque en utilisant l’effet de levier ou des positions spéculatives. Ceux-ci permettent par exemple de parier sur une évolution baissière des matières premières, le tout avec un levier x2. Dans ce cas, vous doublez les gains à court terme, mais aussi les pertes si le scénario ne se passe pas comme prévu. Sans oublier certains risques propres aux ETF.

La contrepartie d’une meilleure diversification et d’un moindre risque est un rendement inférieur aux meilleures performances boursières.

En tenant compte à la fois de votre aversion au risque et de votre situation financière, vous pouvez déterminer le rapport performance/risque qui vous convient le mieux.

Quand privilégier l’achat d’actions ?

Quand acheter actions ou ETF

Lorsque le secteur économique a des rendements très dispersés. Mais aussi quand l’analyse fondamentale peut être utilisée pour repérer les erreurs d’évaluation.

Dans ces cas vous augmentez vos chances de dénicher une entreprise, une action, qui propulsera son cours sur des sommets.

Evitez d’écouter les conseils glanés sur facebook ou dans votre entourage, ne basez vos décisions que sur votre travail de recherche.

Si vous avez une bonne idée des performances économiques futures d’une entreprise, vous bénéficiez d’un avantage pour réduire vos risques et obtenir un meilleur retour. Une bonne recherche peut créer des opportunités de placements à valeur ajoutée, récompensant l’investisseur en actions.

La connaissance de l’entreprise à travers une perspective juridique ou sociologique peut fournir des opportunités qui ne sont pas immédiatement intégrées dans les prix du marché.

Lorsqu’un tel environnement est déterminé pour un secteur particulier, avec une grande dispersion des rendements, les investissements en actions individuelles peuvent fournir un retour plus élevé qu’une approche diversifiée.

Quand acheter des ETF ?

Les secteurs dont les rendements varient peu par rapport à la moyenne n’offrent pas un avantage significatif aux investisseurs sur actions permettant de générer des rendements supérieurs à ceux du marché.

Les performances de toutes les entreprises de ces secteurs tendent à la similitude.

Pour ces secteurs, la performance globale ressemble à la performance d’une action en particulier. Les services publics et les biens de consommation de base entrent dans cette catégorie. Dans ce cas, on préfèrera allouer une part de son allocation au secteur dans sa globalité.

Le choix d’acheter des actions n’offre pas un retour suffisant face au risque supplémentaire. Étant donné que les ETF répercutent les dividendes versés par les actions du secteur, vous bénéficiez aussi de cet avantage.

Si les moteurs de la performance des entreprises sont plus difficiles à comprendre, vous pouvez envisager l’ETF. Ces entreprises peuvent posséder des technologies ou des processus complexes qui leur permettent de réaliser de bonnes performances boursières, ou l’inverse.

Les performances dépendent peut-être de la réussite du développement et de la vente de nouvelles technologies non éprouvées. La dispersion des rendements est importante et les chances de trouver un gagnant moindres.

L’industrie de la biotechnologie en est un bon exemple, car nombre de ces entreprises dépendent de la réussite du développement et de la vente d’un nouveau médicament. Si le développement du nouveau médicament ne répond pas aux attentes de la série d’essais, ou s’il n’est pas approuvé, l’entreprise et son cours de bourse seront confrontés à un avenir sombre.

À l’inverse, si le médicament est un succès, les actionnaires peuvent être fortement récompensés par une capitalisation boursière en forte hausse. En conséquence, et à moins d’être un expert en biotechnologie ou un initié, il est préférable d’investir sur ces secteurs économiques via l’achat d’ETF qui s’y concentrent

Le temps en faveur d’une stratégie sur ETF

Investissement sur ETF moins chronophage

Le deuxième facteur est le temps que vous souhaitez consacrer à la gestion et à la recherche d’opportunités. Avez-vous la patience d’apprendre à évaluer les états financiers ? Avez-vous le temps d’évaluer les résultats économiques et financiers de chaque entreprise susceptible de vous intéresser ?

Pour faire simple, si vous voulez gagner du temps, optez pour une allocation d’ETF. Si vous avez le temps (beaucoup) et du talent, un portefeuille d’actions saura vous récompenser.

Les personnes les plus aptes à investir en actions doivent réaliser des recherches sur chaque entreprise qu’elles envisagent d’acheter. Ils doivent apprendre à lire les rapports financiers. Ces rapports permettent de calculer les bénéfices réels, d’où ils proviennent et comment l’entreprise prévoit de les accroitre. Ces informations aident les investisseurs à déterminer la valeur future d’une entreprise. Mais également, si le cours de l’action représente une opportunité d’achat.

Les méthodes d’investissement quantitative sur actions permettent de réduire le temps nécessaire à la gestion d’un portefeuille action. En contrepartie, elles éxigent des portefeuilles plus diversifiés (composés de nombreuses actions).

Les investisseurs en actions doivent rester informés de la santé des secteurs économiques dans lesquels évoluent ces entreprises, ainsi que leur concurrence. Une entreprise peut prendre toutes les bonnes décisions, mais cela n’empêche pas le cours de l’action de baisser si de mauvaises nouvelles tombent ou si un concurrent frappe un grand coup.

Ce travail est multiplié lorsque l’on souhaite maintenir une allocation diversifiée et bien équilibrée. Vous devrez choisir des entreprises de différents secteurs, avec des tailles et des stratégies différentes. Chaque investissement potentiel nécessite des recherches. Vous devrez peut-être enquêter sur des dizaines d’entreprises pour en trouver quelques-unes de bonne qualité.

Investir sur des trackers ETF n’exclut pas un certain travail de recherche, mais un travail bien moins chronophage. Vous devez déterminer le type d’ETF dont vous avez besoin, qu’il soit indiciel, concentré sur un secteur spécifique ou d’un ETF avec un style de gestion. Une fois que vous avez déterminé quel type d’ETF vous souhaitez, il s’agit de comparer les ETF pour déterminer celui qui vous convient le mieux:

Une fois ceci fait, la majeure partie de votre recherche est terminée. Vous n’avez pas besoin de vous préoccuper de savoir quelles actions acheter ou quand les vendre.

Les investisseurs sur ETF doivent continuer à prêter attention au fonds en lisant le prospectus qui les informe sur la méthode de gestion et les caractéristiques de l’ETF. Il est également conseillé de suivre l’évolution de l’économie dans son ensemble.

Quel type d’investissement engendre le moins de frais ?

Calcul des frais investir action ou etf

Il n’existe pas de réponse universelle à cette question. Investir sur des actions en achetant directement les titres auprès de votre courtier ne vous coûtera que les frais de transactions : les frais d’ordre de bourse. Ils dépendent de la tarification de votre courtier.

En parallèle, investir sur des ETF vous coûtera les frais de gestion de l’ETF, en plus des frais de transactions.

À première vue, il semble qu’investir en action soit moins dispendieux. Cela dit, l’affaire n’est pas si simple. À un niveau de diversification acceptable, un portefeuille d’action va demander plus d’arbitrages. Vous devrez exécuter davantage d’ordres de bourse au fil du temps pour gérer 20 ou 30 actions que pour une allocation de 4 ou 5 ETF.

Les arbitrages plus nombreux sur un portefeuille d’actions, peuvent potentiellement avoir un coût fiscal supplémentaire. S’il est détenu sur un CTO pour sa flexibilité et l’accès aux actions étrangères, chaque vente d’actions peut déclencher une plus-value imposable. Sur une allocation d’ETF, les arbitrages sont généralement plus espacés, et plus légers.

Vous pouvez minimiser l’impact de la fiscalité en utilisant des enveloppes défiscalisées :

  • Le PEA : quel que soit votre choix d’instrument financier (ETF ou actions).
  • L’assurance vie : si vous optez pour les ETF.

Le choix du bon courtier en ligne et de la bonne enveloppe doit être réalisé selon vos objectifs. Par exemple, une enveloppe défiscalisée pour un portefeuille de rendement (composé de titres versant des dividendes) devra être privilégiée. Une banque en ligne propose généralement des frais d’ordre moins intéressant que les courtiers spécialisés.

l

Derniers mots

Bien que la situation de chacun soit différente, il existe quelques généralités que vous pouvez utiliser pour guider vos décisions d’investissement. Si vous souhaitez minimiser votre risque et votre temps de recherche, les ETF auront la faveur. En revanche, si vous aimez vous plonger dans la recherche financière, prendre des risques et espérez des rendements importants, l’achat d’actions est opportun.